Concours National de la Résistance et de la Déportation - Dossier Fernand Jacq

FERNAND JACQ (médecin au Huelgoat, fusillé à Châteaubriant le 15 décembre 1941)

1J448 - Photo de famille du Dr Jacq

Dans le cadre du Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD), les Archives départementales du Finistère présentent en ligne quelques sources utiles et les mettent en lumière par le développement d'un petit dossier relatif au Docteur Jacq, résistant fusillé par les Allemands en 1941.

On retrouve la trace de l’histoire de Fernand Jacq grâce à une série de documents conservés dans une maison particulière de Pont-Aven et découverts par le nouveau propriétaire des lieux.

Il est probable que les documents aient été conservés par les parents de Fernand Jacq après le décès de celui-ci.

 
1J448 - Photo de famille du Dr Jacq

Voici la liste des documents conservés sur Fernand Jacq :

  • Documents scolaires : livrets scolaires de Fernand Jacq et palmarès du collège de Morlaix (1920-1926).
  • Thèse de doctorat en médecine « Contribution à l'étude de la réaction de l'Acétate de cuivre chez les Cancéreux » (1934).
  • Arrestation et exécution du docteur Jacq : lettres du docteur Jacq à ses parents (25 juin - 15 décembre 1941).
  • Lettres reçues par les parents du docteur Jacq, de proches réagissant à l'événement (1942).
  • Article sur l'exécution du docteur Jacq paru dans le journal Le Cameroun libre (1er mai 1942).
  • Hommage public, obsèques solennelles du docteur Jacq au Huelgoat en décembre 1945 : correspondance, coupures de presse.
  • Lettre manuscrite du docteur Classe se défendant des accusations portées contre lui d'avoir contribué à l'arrestation du docteur Jacq (s. d., après 1941).
  • Photographies du docteur Jacq.
  • Biographie du docteur Jacq écrite par sa mère (s. d. [1945]).

Ces documents sont entrés par don en 2003 aux Archives départementales et sont regroupés sous la cote 1 J 448 (Archives privées).

Premières années et engagement

1J448 - Photo du Dr Jacq

Né à Granville (Manche) le 12 janvier 1908, Fernand Jacq, est issu d’une famille de fonctionnaires (père douanier, mère employée des PTT). Ses parents quittent peu après sa naissance la Normandie pour la Bretagne et Fernand grandit en Finistère, dans la petite commune de Pleyber-Christ.

Elève studieux et brillant malgré une santé fragile, il s’oriente vers des études de médecine et sort diplômé de la faculté de Rennes, ville où il rencontre sa femme. En 1933, il revient dans le Finistère, d’abord à Querrien, puis s’installe au Huelgoat comme médecin, terminant sa thèse de doctorat en médecine en 1934.

Communiste, sa mère écrit en 1945 dans une brève biographie de son fils, qu’elle l’interrogea avant guerre sur son engagement politique. Il lui répondit : « Parce que j’ai eu faim ! et que je travaille pour qu’il n’y ait plus de misères ».

En effet, dès 1930, Fernand Jacq adhère au Parti Communiste Français. Il devient conseiller municipal au Huelgoat en 1935, puis participe à sa restructuration après son interdiction en septembre 1939.  

1J448 - Lettre d'Alphone Penven, maire d'Huelgoat, à la famille du Dr Jacq (29 décembre 1945)

Pour aller plus loin