Le Miroir (cote AD29 : JAL 491)En parallèle à la Grande Collecte d’archives privées sur la Guerre de 14-18 initiée en novembre 2013, le Service des Archives du Finistère a reçu en don une collection de l’hebdomadaire illustré Le Miroir couvrant la période 1914-1920.
 
Le premier numéro du Miroir paraît le 28 janvier 1912. Il naît de la transformation du Supplément illustré du Petit Parisien en une revue exclusivement illustrée inspirée des hebdomadaires américains où l’image devient support de nouvelles, voire même le vecteur d’informations absentes du texte.
 
Caractérisé par son prix modique (25 centimes, alors que l’Illustration coûtait un franc), Le Miroir va connaître un succès croissant pendant la Première Guerre mondiale et le tirage de certains numéros atteindre le million d’exemplaires.
 

Montrer la guerre

Comment « montrer » la guerre pour un périodique illustré quand les reporters sont mobilisés, la présence de journalistes, et à plus forte raison de photographes, n’est pas admise dans les zones d’opération par l’autorité militaire ?
 
Plusieurs sources existent. Dès le printemps 1915, l’armée crée une Section photographique des armées (SPA) dans le but de fournir aux journaux des images. S’ajoutent également les clichés d’agences photographiques comme l’agence Meurisse et les reprises des agences amies ou ennemies, comme l’Illustrated London News et l’Illustrierte Zeitung.
 
Concours photographique ("Le Miroir", 14 mars 1915) Voir la guerre
 
Mais dans une guerre toujours plus longue, les lecteurs impliqués affectivement et tenus physiquement éloignés du front sont à la recherche de clichés au plus proche du vécu des soldats.
Ils veulent voir.
Pour obtenir ces images, Le Miroir s’adresse directement aux soldats et les transforme en reporters du conflit qu’ils vivent au quotidien et organise, à partir de 1915, un concours de photographies de guerre richement doté.
 
Vest Pocket Kodak (cote : 240 J 11)
Des soldats-reporters
 
Au début du XXe siècle, la photographie connaît un essor sans précédent. Sa production et sa diffusion prennent les dimensions d'un phénomène de masse, grâce à la révolution technique d'appareils « instantanés ».
La petite taille et la robustesse du Vest Pocket de Kodak et le fait qu'il utilise des films en bobine et non des plaques de verre assure son succès auprès des soldats qui ne tiennent pas compte de l'interdiction de photographier au sein des zones de combat.
L'armée cherche à endiguer ce phénomène, mais il reste incontrôlable car ce sont notamment les tenants de l'autorité – les officiers – qui possèdent les appareils photographiques. Et la censure est parfois plus à l'aise avec l'écrit qu'avec l'image.
 
De la contrainte de ne pas pouvoir envoyer de journalistes au front, Le Miroir en fait un atout en faisant appel aux clichés de ceux qui y sont assignés.
 
Favorisant alors la production de documents spécifiques et inédits, il s’engage sur le terrain du photojournalisme moderne : celui qui raconte au présent et propulse le public au cœur de l’événement, bouleversant ainsi le regard des contemporains sur la guerre, dans une guerre vécue presque simultanément avec les soldats, ou du moins ressentie comme telle… le temps de la lecture.
 

Lire, écouter, voir

► Joëlle Beurier, Images et violence, 1914-1918. Quand "Le Miroir" racontait la Grande Guerre. Paris, Nouveau monde éditions, 2007. [Cote : Q4M 204]
 
► Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture. Paris, Bayard, 2004. [Cote : Q8M 1280]
 
► Ecouter le documentaire radiophonique diffusé le 12 novembre 2014
La grande guerre en images (Sur les docks, France culture).
 
►Consulter la collection du Miroir des années de guerre dans la salle de lecture des Archives du Finistère, à Quimper [Cote : JAL 491].
 
► Feuilleter sur Gallica, la collection numérisée de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) créée en 1918 afin de comprendre les causes de la Première guerre mondiale.

 
"Le Miroir", 4 octobre 1914 "Le Miroir", 6 décembre 1914