INFORMATION

Les fonds 1010W et 1011W concernant les maisons d’arrêt de Quimper et de Brest (1926-1990), ont été transférés de Brest à Quimper.

Nicéphore Niepce (1765-1833)

On relie généralement la naissance de la photographie à l’invention de Nicéphore Niepce.

Dès le début des années 1820, il reproduit des dessins translucides placés en contact avec des supports enduits de bitume de Judée (résine durcissant à la lumière) puis grave les images ainsi obtenues à l’acide pour ensuite les imprimer sur papier.

En 1827, il obtient par cette technique la première photographie, une image prise depuis la fenêtre de sa maison à Saint-Loup-de-Varennes (Saône-et-Loire). Il appelle ce procédé héliographie (« dessiné par la lumière »).

Une fois placée dans l’appareil photographique, l’exposition de la plaque durait plusieurs heures et permettait d’obtenir une image négative. Si les héliographies de Niepce remportent peu de succès en raison d'un temps de pose interminable, ce procédé va néanmoins inspirer d’autres chercheurs.

Thomas Wedgewood (1771-1805)

Issu d'une grande famille industrielle britannique spécialisée dans la fabrique de porcelaine et de faïence, fils du savant Josiah Wedgewood, Thomas Wedgewood essaye dès 1802 de fixer les images sur un support permanent. Pour cela, il remarque que les sels d’argent ont tendance à noircir à la lumière.

Sa méthode consiste alors à recouvrir un papier d’une couche de nitrate d’argent puis à l’exposer à la lumière ambiante en plaçant entre le papier et la source lumineuse l’objet à reproduire. Il obtient ainsi les contours, les silhouettes des objets. Mais sans agent fixateur, les sels d’argent continuent à se dégrader, rendant l’image fugace.

Dans la première moitié du XIXe siècle, de nombreux inventeurs vont s’appuyer sur l’héritage de Wedgewood pour réaliser leur propre procédé photographique (William Henry Fox Talbot, Hippolyte Bayard, Hercule Florence, John Herschel…).