INFORMATION

Les fonds 1010W et 1011W concernant les maisons d’arrêt de Quimper et de Brest (1926-1990), ont été transférés de Brest à Quimper.

Les dessins de Jean-René-Maurice de Kerret

Jean-René-Maurice de Kerret est né à Quimper le 4 septembre 1833.

En décembre 1852, âgé de 19 ans, et bien que n'étant pas marin, il s’embarque à bord de la frégate La Forte, en qualité de dessinateur.

De 1852 à 1855, il va parcourir le Pacifique. Parti de Brest, le navire s’arrête d'abord à Rio de Janeiro, passe le Cap-Horn, séjourne à Valparaiso et Lima. Jean-René-Maurice de Kerret voyage ensuite  jusqu’à Quito, en Equateur, puis prend avec son navire la direction de Tahiti, où il séjourne d’août 1853 à février 1854. La Forte retourne au Pérou, puis se dirige sur Nouka Hiva (îles Marquises) et Hawaï. La frégate prend alors, en juillet 1854, la direction du Kamtchatka avec une escadre anglaise : la guerre de Crimée avait commencé en octobre de l'année précédente. Là, avec des navires anglais, elle participe au bombardement de la ville russe de Petropavlovsk, au mois d'août. Après cet épisode, La Forte part sur San Francisco, rejoint à nouveau le Pérou, et retourne enfin en Europe en 1855. De ce voyage, Jean-René-Maurice de Kerret a ramené de nombreux dessins de navires, de paysages, de lieux et de personnes qu'il a rencontrés.

Revenu dans le Finistère, il s'installe dans son domaine du Quillien, en Pleyben, et y fait construire l’actuel château de Quillien vers 1850, à quelques centaines de mètres de l’ancien manoir reconverti en communs, puis en ferme. Le château de style Louis XIII est réalisé sur les plans de l'architecte Joseph Bigot (vous pouvez découvrir le fonds Joseph Bigot ici). De ce château toujours existant nous possédons une aquarelle en couleur ainsi que plusieurs plans pour des aménagements de confort (220 J 53-1 à 7). Et, plus intéressant encore, un plan de l’ancien manoir aujourd’hui détruit. De plus, vers 1870 le vicomte de Kerret s'est fait construire un hôtel particulier avenue d'Antin, à Paris : un volumineux dossier du fonds comporte les devis très précis de cette construction (220 J 60).

Sa passion pour le dessin et son joli coup de crayon n'ont pas disparu avec la fin du voyage sur La Forte : Jean-René-Maurice de Kerret continue à dessiner des paysages (le parc de Quillien, par exemple), des châteaux (le Quillien, mais aussi ceux d'amis ou de connaissances), des fleurs, des machines... offrant une certaine vision du Centre-Bretagne au XIXe siècle (220 J 102, 220 J 103).

Il a fait construire un caveau pour sa famille à Brasparts, dont des plans et élévations sont également conservés dans le fonds (220 J 97-1 à 7). Sa correspondance personnelle est importante et nous laisse un témoignage intéressant sur ses relations privées et familiales ainsi que sa correspondance d’affaire, en pleine révolution industrielle et capitaliste (220 J 97).

Jean-René-Maurice de Kerret s'éteint le 4 juin 1898 au château de Lanniron, près de Quimper.

Quelques dessins du vicomte de Kerret

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les ressources iconographiques aux Archives départementales du Finistère

La présentation du fonds du manoir de Quillien, riche en documents figurés de différents types est l’occasion de rappeler que les Archives ne conservent pas seulement des documents écrits et administratifs, mais également de très nombreuses pièces iconographiques, ainsi que des objets. Pour les découvrir, vous pouvez vous rendre sur l'iconothèqueou encore consulter la série Fi (documents figurés des archives privées). Sans oublier que les archives publiques ainsi que les autres fonds privés peuvent contenir eux aussi des documents figurés.

Ainsi, vous pourrez trouver aux Archives départementales de nombreuses cartes postales, photographies anciennes et récentes de différentes techniques, cartes et plans, dessins, gravures, affiches, dépliants… et des objets tels que des sceaux, objets publicitaires, maquettes… Nombre de ces documents sont aujourd’hui numérisés grâce au travail d’un photographe professionnel au sein du service, et sont ainsi consultables sur le site internet. Les collections numérisées s’accroissent continuellement, afin de préserver les documents des manipulations, et d’en faciliter la consultation.