Histoire

Avec le début des « 30 glorieuses », la France entre dans une période économique prospère. Les Français qui bénéficient de deux semaines de congés payés depuis 1936, se tournent progressivement vers les loisirs. Mais dans les années 1950, le coût des vacances reste élevé. Peu onéreux, le camping séduit les Français de la classe moyenne, et la pratique, jusque-là réservée aux plus aisés et au scoutisme, se démocratise. L’essor de l’automobile contribue à ce phénomène, et chaque été, c’est désormais motorisé que les Français gagnent les lieux de vacances avec leur toile de tente.

Malgré son succès, la pratique reste peu encadrée. Les rares campings existants sont mal adaptés et peines à faire face à cette affluence nouvelle. Les terrains se remplissent vite, et devant l’absence de réglementation, le camping sauvage se généralise engendrant des dégradations sur le milieu naturel.  En 1954, le Comité départemental du tourisme du Finistère édite un guide « Campez dans le Finistère », listant les « emplacements officiellement recensés » sur le département. Il faut cependant attendre 1959 pour qu’un cadre légal réglementant la pratique soit publié.

Le tourisme devient progressivement un enjeu économique pour les départements littoraux comme le Finistère, qui y voient un moyen de compenser le déclin des secteurs d’activités traditionnels. Nombreuses sont les communes à se doter d’un terrain de camping avec l’espoir d’attirer les touristes sur leur territoire. Les installations sont alors très simples : une grande étendue pour planter sa tente, avec éventuellement un bloc sanitaire.

À partir des années 1970 le camping se transforme. Des entrepreneurs privés se lancent dans la filière et investissent. C’est le début des grands espaces de vacances à ciel ouvert. Loin de ses origines basées sur un « retour au source », le camping devient une « hôtellerie de plein air », avec un système de notation par étoile. Du simple champ où l’on pouvait planter sa tente, ils deviennent de vastes complexes et s’adaptent aux nouvelles tendances : le caravaning dans les années 1980, le mobil-home depuis les années 1990 ; et propose toujours plus de service et d’équipement pour séduire le plus grand nombre : électricité, piscine, terrain de sport, restauration…

Cette mutation des campings s’est notamment faite avec le soutien du Conseil départemental par l’intermédiaire d’un programme d’aide au développement. Les enjeux économiques sont importants : au travers du tourisme, c’est l’emploi et toute l’activité économique d’un territoire qui est stimulée.

Où chercher, que trouver ?

Les créations de campings municipaux ont longtemps été subventionnées par l’État. Les fonds de la Préfecture contiennent de nombreux dossiers sur le sujet. Ils sont à rechercher dans les bordereaux de versement   78 W et 115 W. Ils contiennent en général des plans de situations et des équipements.

Également en charge des autorisations d’installation, la Préfecture a mis en place un suivi de la filière regroupant des statistiques, des listes de classement, des comptes rendus annuels. Ces documents sont à rechercher dans les versements   131 W159 W1883 W1887 W.

Les dossiers d’aide au développement des campings mis en place par le Conseil départemental sont à rechercher dans les bordereaux   1316 W et 1407 W.